Nouvelles

18 septembre 2018 Hugues Vincelette
La Société royale du Canada remet ses distinctions

La médaille Rutherford en physique pour Alexandre Blais

Le professeur Alexandre Blais, récipiendaire de la Médaille commémorative Rutherford en physique.
Photo : Michel Caron - UdeS

Le professeur Alexandre Blais, du Département de physique et directeur de l’Institut quantique de l’Université de Sherbrooke, est récipiendaire de la Médaille commémorative Rutherford en physique, attribuée annuellement par la Société royale du Canada (SRC) en reconnaissance de recherches éminentes dans le domaine de la physique.

« C’est une belle reconnaissance et je suis honoré de voir mon nom ajouté à une liste de personnes qui ont contribué de façon significative au progrès de la physique. Ils vous diraient sans doute la même chose que moi, le travail qui mène à cette distinction ne se fait pas seul, c’est la somme des efforts de toute une équipe. Cette médaille Rutherford, c’est aussi celle des membres de mon équipe », précise le professeur Blais.

Une contribution exceptionnelle au domaine scientifique

La contribution scientifique du professeur Blais est multiple, et ce qui retient surtout l’attention, c’est son apport au développement de l’électrodynamique quantique en circuit (circuit quantum electrodynamic), en étant notamment l’auteur de l’article fondateur du domaine, Cavity quantum electrodynamics for superconducting electrical circuits: An architecture for quantum computation. En plus d’être membre de deux programmes de l’Institut canadien de la recherche avancée (ICRA), soit l’information quantique et les matériaux quantiques, il est aussi devenu le directeur scientifique de l’Institut quantique dès sa fondation en février 2016.

Après avoir obtenu son doctorat en physique de l’Université de Sherbrooke, le professeur Blais a fait un stage postdoctoral à l’Université Yale, sous la supervision du professeur Steven Girvin. Ce dernier garde un excellent souvenir du passage de son stagiaire.

« Alexandre Blais était stagiaire postdoctoral dans mon groupe à Yale vers 2003-2005 et il demeure parmi les meilleurs des quelques 50 étudiants postdocs que j’ai supervisés au cours de ma carrière. À son arrivée à Yale, il est devenu immédiatement évident qu’il était d’une intelligence exceptionnelle, et il a connu par la suite une carrière spectaculaire en recherche. »

De nombreuses collaborations

QuTech à Delft aux Pays-Bas, Eth Zurich en Suisse, Yale, l’Université de Calgary ou plus près de nous, l’Université McGill sont autant d’institutions avec lesquelles notre chercheur primé collabore. Comme en témoigne M. Daniel Estève, directeur du centre de recherche à Saclay, en France : « Alexandre Blais est maintenant un physicien dont le statut très exceptionnel dans le domaine des circuits quantiques électriques est reconnu dans une très large communauté dont mon groupe fait partie. Nous savons faire appel à lui quand il y a un problème difficile à résoudre, et avons compris que ses idées sont souvent très fructueuses au  niveau expérimental. Alexandre Blais a démontré sa capacité à prendre en mains un domaine, à en développer tous les aspects théoriques de façon originale, et à en faire émerger les concepts physiques. »

Un mentor

Shruti Puri a eu l’occasion d’effectuer un stage postdoctoral dans l’équipe du Pr Blais. Elle nous décrit le rôle qu’il a joué dans sa carrière. « J’ai rejoint le groupe d’Alexandre, après mon doctorat à l’Université Stanford, et c’est sans doute une des meilleures décisions de ma carrière. Alexandre est non seulement un physicien doué, mais aussi un mentor exceptionnel. Sa capacité à distiller les idées les plus complexes jusqu’à leur essence m’a toujours inspirée et continue de me guider au fil de ma carrière. En tant que mentor, le respect, la patience et la confiance dont il fait preuve envers ses étudiants sont stimulants et m’ont permis de me développer en tant que physicienne. J’apprécie grandement l’expérience que j’ai gagnée avec lui et j’emploie nombre de ses idées dans mon travail. »

La suite

Le domaine de la physique quantique est en pleine effervescence, et, comme l’explique le professeur Blais, le principal défi est de demeurer créatif et pertinent. « C’est une période très exaltante, l’évolution se fait à une vitesse folle, on voit naître des entreprises qui exploitent les résultats de recherche fondamentale du domaine. Dans ce contexte de foisonnement scientifique, il devient essentiel de se réinventer constamment. »

Médaille Rutherford de la Société royale du Canada

La médaille Rutherford est remise annuellement par la Société royale du Canada, en mémoire du professeur Ernest Rutherford. Physicien et chimiste né en Nouvelle-Zélande, professeur Rutherford a passé une partie de sa carrière à l’Université McGill. Puisque ses découvertes se sont faites alors qu’il était relativement jeune, la SRC privilégie de jeunes chercheurs pour cette distinction attribuée en reconnaissance de recherches éminentes dans tout domaine de la physique. Le professeur Alexandre Blais recevra sa médaille à la mi-novembre à Halifax.

Restez connectés